Busy. Please wait.
or

show password
Forgot Password?

Don't have an account?  Sign up 
or

Username is available taken
show password

why

Make sure to remember your password. If you forget it there is no way for StudyStack to send you a reset link. You would need to create a new account.

By signing up, I agree to StudyStack's Terms of Service and Privacy Policy.


Already a StudyStack user? Log In

Reset Password
Enter the associated with your account, and we'll email you a link to reset your password.

Remove ads
Don't know
Know
remaining cards
Save
0:01
To flip the current card, click it or press the Spacebar key.  To move the current card to one of the three colored boxes, click on the box.  You may also press the UP ARROW key to move the card to the "Know" box, the DOWN ARROW key to move the card to the "Don't know" box, or the RIGHT ARROW key to move the card to the Remaining box.  You may also click on the card displayed in any of the three boxes to bring that card back to the center.

Pass complete!

"Know" box contains:
Time elapsed:
Retries:
restart all cards




share
Embed Code - If you would like this activity on your web page, copy the script below and paste it into your web page.

  Normal Size     Small Size show me how

Cartographie et SIG

examen décembre

QuestionAnswer
définition de cartographie la cartographie est l'art, la science et la technologie de l'établissement des cartes, tout autant que l'étude des cartes en tant que document scientifique.
définition de carte la carte est une image construite au moyen d'un langage symbolique explicite et basée sur une relation analogique à un espace de référence.
une carte pourquoi ? 3 réponses Manière d'enregistrer et de gérer l'information localisée (géoréférencée) méthode pour communiquer de l'information spatialement distribuée: montrer quoi et où forme de visualisation d'information pour données spatiales
finalité de cartes 6 réponses Localisation, mensuration, inventaire, représentation de résultats d'analyse, relation spatiale entre unités, relation spatiales entre plusieurs phénomènes
une carte c'est une image... plane, déformée, réduite, simplifiée, conventionnelle, une interprétation.
Carte topographique: fonction et contenu repérage essentielle, contenus observation visibles: relief, hydrographie, bâtiments, végétation et forêt, toponymie
carte thématique distribution spatiale d'un ou plusieurs phénomènes domaine de l'invisible et de l'interprété
échelle cartographique L’échelle cartographique précise le rapport de proportionnalité entre une longueur réelle sur le terrain, – l’espace de référence – et sa présentation sur une carte. Échelle mesurée par le rapport de la distance sur la carte sur la distance sur le terrai
échelle géographique L’échelle géographique fait référence à la série ordonnée des dimensions d’un espace, d’un phénomène ou d’un processus ayant plusieurs niveaux d’analyse spatiale
géoréférencé possible de localiser selon un système de référence spatiale (système de coordonnées) SRS CRS
système de coordonnées géographique Geographic coordinate system (GCS) ·· Aussi appelé système de coordonnées globales, sphériques ou universelles > en 3D ! ·· Latitude et longitude, exprimées en degrés Localisation de n’importe quel point sur le globe terrestre ·· Un point est référencé
système de coordonnées projetées Projected coordinate system (PCS) ·· Aussi appelé système de coordonnées planes ou cartographiques ·· XY(Z), exprimées en unités linéaires (mètres, miles…)
Latitude parallèle --> équateur latitude 0 de 90°N et 0°S
logitude méridien de Greenwitch 0° à 180° W et 180°E
système DMS système degré, minute seconde 46°47' 29.8428'' N...
géoïde Fig. mathématique complexe pour reproduire la forme réelle de la terre ·· Correspond à la surface équipotentielle, càd la surface du géoïde, la force de gravité est identique à chaque endroit ·· Correspond au niveau moyen de la mer bis ss continents
l'altitude l'altitude est la hauteur d'un point sur le relief par rapport au géoïde.
forme de l'éllipse définie par deux rayons: demi grand axe et demi petit axe
formule de l'aplatissement f= (a-b)/a (a: demi-grand axe, b: demi petit axe
le datum les paramètres de l’ellipsoïde de référence ·· la position de l’ellipsoïde par rapport au centre de masse de la terre (ou autre référence, comme points tangents au géoïde) ·· l’orientation des axes de l’ellipsoïde = base système GCS en lat/long.
définition des projections transformation d'une forme ellipsoïdale ou sphérique en surface plane permet la représentation sur papier mais distorsions des formes, des surfaces, distances et directions.
définition des projection cartographique «Fonction mathématique destinée à projeter point par point une partie de l’ellipsoïde sur un plan»
projection conforme conservation angles pour géodésie, topographie la navigation, les applications militaires pour les cartes à grandes échelles pour permettre d’appliquer la trigonométrie plane dans les opérations courantes de topométrie Mercator , lambert conique,
projections équivalente conservation des surfaces (mais pas des formes)
projection équidistante conservation des distances (sur les méridiens)
projection anaphylactique Compromis entre plusieurs déformations! (ne conserve donc rien du tout)
projection de mercator Projection cylindrique en 3 variantes selon l’orientation du cylindre ·· Mercator «normal»: cylindre touche l’équateur (cylindre «debout») ·· Mercator transverse: cylindre touche un des méridiens (cylindre «couché») ·· Mercator oblique: cylindre «complèt
projection de Mercator normal Proj. cylindrique touchant l’équateur ·· Exagération surfaces proches des pôles ·· Impossibilité de les représenter ! cartes locales proche de l’équateur (±15°) ··navigation avec la boussole, p.ex. en mer,proj conforme pas pr petite H

Mercator transverse ou oblique Orientation du cylindre de projection change ··Utilisée typiquement pour cartographier une petite portion de la surface terrestre (p.ex. la Suisse)
Projection conique conforme de Lambert ·Utilisée notamment en France ··Utilisée également pour des cartes d’Europe à petites échelles
projection équidistante Conserve les distances pour les méridiens ·· Utile pour montrer les distances depuis un point ·· Exemple: ·· Projection de Postel (projection azimutale polaire équidistante
système UTM Ensemble de 60 systèmes de coordonnées permettant de cartographier n’importe quelle région à grande ou moyenne échelle ··projection transverse de Mercator… ·· Divise le monde en 60 fuseaux, chaque fuseau couvrant 6° de longitude ·· Chaque fuseau = 1 syst
projection en suisse CH1903+ /LV95
information géographique permet l'orientation et la comparaison entre plux lieux
contenant ce que c'est composante terrestre, horizontale, localisation des lieux, coordonnée, décrit la géométrie de l'espace (fond de carte), info géométrique
contenu composante thématique, vertical, décrit les attributs des lieux, information géoréférencée
contenant but modélisation de la réalité pour sa représentation, our observation, mesures, représentation objet géographique --> cartographique= entité spatiales
modèle: définition représentation simplifiée d'un objet réel, une réalité pas parfaitement ressemblant mais suffisamment
mode vectoriel unité d'observation irrégulières (ponctuelle: bâtiment, place, linéaire: route, fleuve, zonale: lac, parcelle)
le point caractérise des entités ponctuelle, ou des nœuds, localisation par une seule paire
la ligne caractéristique des entités linéaires, constitués d'une suite de coordonnées
la surface caractéristique des entités zonales discrètes, constituées d'une suite de coordonnées
modèle image, matrice, raster divise le territoire avec une grille régulière de cellules odronnés pour former une matrice. entité perçues de manière indirecte
résolution nombre de pixel par unité de surface: rapport entre le nombre de pixels d'une image et la taille réelle de sa représentation physique.
modèle objet: résumé l'unité d'observation est un objet, découpage de l'espace en objet dépend d'une vision spécifique de la réalité ou thématique, objet spatiaux as origine de l'exploitation décomposition en ensemble d'objet similaires
modèle image: résumé unité d'observation: maille rectangulaire découpage arbitraire indépendamment de la thématique, objet visualisé = agrégation de maille de même thème et contiguës objet spatiaux as produit de l'exploitation, décomposition en elmts géométrique discrets
avantage format vectoriel Agrandissement sans perte de qualité graphique ·· Affichage sous forme de couches (calques) ·· Manipulation aisée des objets
avantage format raster Possibilité de modéliser des surfaces continues; valeurs changeant graduellement et non de manière abrupte ·· Facilité de l’acquisition des données (scannage, photo aérienne, satellite) ·· Facilité de manipulation et d’accentuation des images
ligne d'une table d'attribut entité géographique
colonne de la table d'attribut un attribut
feature objet géographique avec géométrie et attributs, contient un génocode (FID: feature ID)
couche: définition un ensemble de Features, parfois appelé FeatureCollection rassemble typiquement les entités géographiques de manière thématique (commune, lac) couche vectorielle
fonction du fond de carte contenant de la thématique, bonne lisibilité, permet l'orientation
éléments du fond de carte entité spatiales de base: polygone lacs majeur, étiquette vectoriel
topologie assure que les information des couches se superposent parfaitement, cohérence géographique des entité, décrit les relations spatiales entre les différentes entités
simple feature specification définit les objets géométriques utilisés pour modéliser la réalité géographique en mode vectoriel, définit les relations entre plusieurs objets, et opérateurs géométriques applicables
Geometry (SFS) chaque élément de la sfs est une géométrie, concept abstrait, possède une référence spatiale, un système de coordonnée terrestre.
point géométrie à 0 dimensions, simple coordonnée dans l'espace
line string chaîne de point formant une ligne, min 2 pts, simple et valide si pas d'intersection avec lui même
linear ring line string fermée (1er et dernier point identique)
polygon Constitué d’exactement 1 LinearRing extérieur En plus, peut avoir entre 0 et N LinearRings intérieurs (simple ou complexe)
maillage spatial partition de l’espace géographique en unités contiguës
 (sans trou ou chevauchement) ··Unités souvent de forme hétérogène . Sert de grille de lecture et d’analyse pour étudier la réalité du terrain
généralisation le processus de réduction de la quantité de détails sur la carte = processus d’abstraction cartographique assurer une lisibilité, selection et simplification réduction contrôlée de l'info.
généralisation: pourquoi? assurer la lisibilité de la carte à toutes les échelles Tenir compte des contraintes techniques et humaines ·· Maintenir la précision spatiale et la qualité esthétique ·· Réduire la complexité assurer la correspondance entre le but et le public
généralisation: dans quels cas Surcharge --> enlever des éléments superposition d'élément-->séléction et déplacement complexité --> simplification
simplification sélection, élimination, déplacement
classification fusion, superposition
modification lissage, exagération, interpolation
table d'attributs contient les données attributaires d’une couche vectorielle , le géocode ou feature ID, en relation avec un système d'information géographique = couche vectorielle indissociable des géométries
tableau d'information géographique similaire à une table d’attributs, mais sans lien explicite vers les géométries ··Base de données thématique ··Contient un géocode permettant pour le lien avec la couche vectorielle correspondante
série statistique application d’une variable à un ensemble d’individus ou d’unités géographiques
descripteur mesure directe d'un phénomène
indicateur mesure dérivée d'un phénomène
variables d'identification appartenance à un type, à une catégorie, à un groupe
valeures absolues Mesures, comptages ··Variables de taille ou de masse qui donnent l’ordre de grandeur du type de… km, personnes, francs, degrés etc
valeures relatives Dérivées de comptages: rapports, %, indices, densités, etc. ··Variables de structure entre une valeur au numérateur et une référence au dénominateur
échelle de mesure Dérivées de comptages: rapports, %, indices, densités, etc. ··Variables de structure entre une valeur au numérateur et une référence au dénominateur
échelles qualitative, catégorielle échelle nominale, ordinale
échelle quantitative échelle d'intervalle, de rapport
échelle nominale simple différentiation, dans le cas de deux modalités
échelle ordinale hiérarchie, rang et permet des comparaisons
échelle d'intervalle origine arbitraire, différence: latitude, longitude, température, dates...
échelle de rapport origine absolue, pour des rapport %, fct arithmétique, qu bien définie
statistique descriptive Ensemble de méthodes qui permettent de classer, de décrire, de représenter graphiquement et de résumer des séries d’informations ·· Réduction de l’information ·· Méthodes mathématiques / méthodes graphiques
Mode la valeur la mieux représentée
médiane valeur située au milieu d'une série ordonnée de valeur
moyenne somme des valeur divisée par l'effectif
langage cartographie vocabulaire règle de grammaire langage visuel signes visuels (point, lignes, surface) sémiologie graphique
semiologie étude des signes et de leur signification
sémiologie graphique l’ensemble des règles permettant l’utilisation d’un système graphique de signes pour la transmission d’une information
7 variable visuelles localisation couleur orientation, forme texture grain taille valeur
variable nominale variable visuelle de différenciation
variable ordinales, d'intervalle ou de rapport variable visuelle d'ordre
variable de différenciation variable nominale
variable d'ordre rapport, rang, proportion, pourcentages
valeur numérique valeur absolues
forme trait, contour, tracé, figuré ponctuels, linéaire symboles: géométrique, iconique, analogique
l'orientation Varier l’angle d’un signe graphique = caractère de différenciation •!Limiter les possibilités (0°, 45°, 90° par exemple) •!Phénomènes linéaires et dynamiques
la taille !Varier la surface du symbole = proportionnalité, hiérarchie •!Différences quantitatives : pour des données additives •! ordinales = discrètes (nombre limité de tailles; <10 souvent) •! cardinales = continue (nombre illimité de tailles)
taille continue chaque entité est représentée par un symbole dont la surface est proportionnelle à sa valeur précise la légende possède un échantillon de sa valeur possible sur la carte
taille discrète les entités sont classées et un symbole de taille particulière est attribué à chaque classe la légende présente les catégories de tailles, les seules possible sur la carte
la valeur intensité ou luminosité d'un signe: noirceur ou clarté graphique indépendance de la couleur, s'exprime en % claire= valeur faible, foncé=forte plus efficaces en implantation surfacique prévoir des paliers en implantation surfacique (color brewer)
la texture, le grain quantité de taches séparables d'un signe unitaire, fait varier un même texture de trame par agranissement ou réduction photo des éléments graphique transcrit la relation d'ordre moins utilisée qu'avant
la couleur caractère différentiel (discret) et/ou quantitatif (continu) Camaïeu> quantitatif différentiel> qualitatif 3composantes de la couleur: saturation, valeur, nuance 2modèles de la couleur: synthèse additive et soustractive
carte choroplèthes Surfaces discrètes en différents tons d’une même couleur ! magnitude d’un phénomène >choros = espace /plethos = magnitude ··Implantation surfacique ··Perception discontinue de l’espace (polygones) ··Masses pas représentées
carte choroplèthe idéale pour Trouver la valeur d’une zone spécifique ·· Aperçu de la structure spatiale générale ·· Comparaison de la structure entre différentes cartes
limitation carte choroplèthe pas de représenter des masses (zones de taille différentes). pas pour valeurs absolues. ·Uniqmt valeurs relatives ! Besoin de normaliser les valeurs (rapport à la surface ! densité, ou calcul d’un taux / pourcentage) ·· MAUP: Modifiable Areal Unit Problem
MAUP Modifiable Areal Unit Problem :est un biais statistique qui affecte les valeurs de statistique descriptive (comme moyenne, écart-type etc) en fonction du zonage choisi. Les zones (souvent arbitraires) des cartes choroplèthes sont affectées par ce problème
cartes en courbes Un isoplèthe, ou une isoligne, est une ligne de valeurs constants ··Idéal pour phénomènes continus dans l’espace ··Représentation par courbes et/ou surfaces colorées
paramètres des cartes en courbe Génrlmt à partir d’un semi de points cotés Nécessite des méthodes d’interpolation (manuelles, ou p.ex. krigeage ou autres méthodes automatiques) Bonne représentation d’un phénomène continue, typiquement ensemble avec tons de couleurs ou «relief ombré»
carte en point Cartes ponctuelles, semis de points, dot maps ··Implantation des points selon localisation réelle ··Valeurs absolues (quantités) ·· Un point = une occurrence, ou N occurrences (N = nombre fixe) ··Mais focalise sur densité du phénomène
carte en point: avantage Facile à comprendre ·· Montre indirectement la densité ·· Données d’origine peuvent être restituées si fait correctement
carte en point: désaventage Pénible à créer à la main ·· Ordinateur place les points svt aléatoirement, donc carte en principe fausse ·· Nécessite parfois des algorithmes de désagrégation: source d’erreur! ·· Si optimisée pour l’affichage, difficile de récupérer les données d’origine
carte en symboles proportionnels Représ, variables absolues: nombres, effectifs, quantités (valeurs additives) ··Surface du symbole est proportionnel à la valeur ··Répond question: quoi, où et combien à cet endroit? ··Tout type de symbole possible, mais cercles et carrés plus fréquents
taille psychologique de cercles proportionnels (flannery) Calcul «normal» du rayon:! r = k1 · N^0.5 (k = constante, N = valeur) ·· Calcul corrigé du rayon, d’après! Flannery:! r = k1 · N^0.57 > uniqmt pour cercle
carte symbole proportionnelle avantage Simple et efficace ·· Facile à comprendre ·· Facile à mettre en place
carte symbole proportionnelle désavantage Illusions optiques ·· Superposition peut déranger dans certains cas ·· Facile à abuser: p.ex. camemberts proportionnels etc
carte en diagramme Représentation orientée vers les données ··La localisation des symboles n’est pas associée à la localisation réelle ··Correspondance thématique avec la réalité géographique
carte en diagramme: anamorphose cartogrammes, piézoplèthes ··Superficie unités pas proportionnelle à la surface réelle, mais à quantité ··cartographier des valeurs absolues ··Eqvlt à carte en symboles proportionnels ··Densité de la valeur cartographiée égale partout ! (densité constante)
carte en diagramme: Avantage Fort impact visuel ·· Phénomène cartographié souvent facile à comprendre
carte en diagramme : Inconvénient Distorsions potentiellement trop importantes ·· Orientation peut être difficile ·· Peuvent être difficiles à créer, si aucun logiciel n’est disponible
carte linéaire Cartes sagittales (flèches), de flux ou de réseau, «oursins» ··Pour traduire des relations, l’orientation de flux (personnes, biens, informations, etc.), la structure ou la charge de réseaux ··Cartographie statique des réalités en mouvement
carte multivariée Carte thématique 1 seule variable=carte univariée ··Carte thématique avec plusieurs variables est une carte multivariée ··2 variables: carte bivariée ·combinaisons de types de cartes, pas + que 2 variables, combinaison: taille structure (symbole+couleur)
habillage d'une carte définition tous les renseignements et graphismes qui se trouvent en dehors de la surface cartographiée et la manière de les mettre en forme» tout ce qui est en dehors de la carte: ··Titre, sous-titre, légende, échelle, sources, auteurs, coordonnées, etc.
habillage de la carte: but L’habillage est partie intégrante de l’image graphique livrée au lecteur ··Contribue à la lisibilité et la compréhension du document ··Améliore l’esthétique du document
objectif de l'habillage Ordonner et hiérarchiser l’information ··Mettre en avant ce qui est important ··Créer des contrastes ··lisibilité facile ··Présentation claire de l’information ··Enlever ce qui n’est pas nécessaire ··Présenter le nécessaire en fonction de l’importance
prérequis à l'habillage Synthèse correcte de l’information ··Mode de présentation adapté ··Choix du type de carte / graphique ··Sélection de l’indicateur
habillage de la carte: élément Certains éléments sont obligatoires ·· Certains éléments facilitent la compréhension et/ou la communication ·· Certains éléments sont inutiles ··(à enlever donc…) ·· Reconnaitre ce qui est important,
 et hiérarchiser l’information
élément de l'habillage: obligatoire Titraille ·· Titre = simple et attractif ·· Sur-/sous-titre = complément au titre ··Année(s), espace, échelon de référence ··Légende, évtl. fréquences, description de l’indicateur ··Echelle (~graphique) et orientation · sources, de l’auteur, copyrights
Eléments d’habillage ··Eléments optionnels Elmts de contextualisation géogr.:
 frontières d’échelons sup., étiquettes (rivières, relief, réseaux, domaine bâti, contexte géographique,) ··Valeurs-clés: moyenne pour l’ensbl du territoire, val.min, max··Carton de localisation ou zoom sur une portion
Eléments d’habillage ··Eléments optionnels suite ·Graticules («grille») ··Notes techniques (méthode de calcul, limites méthodologiques, etc.) ··Exemple de lecture de la carte ··Commentaire / interprétation: court commentaire sur le contenu de la carte
titre pour accrocher Expose le sujet de la carte de manière brève, mais précise et rigoureuse ··~technique, séducteur, polémique, bref et clair ··Pas de phrase sujet-verbe-cplmt ··Bannir les redondances:usage des mots carte, localisation, distribution ··Pas de point finale
Sous-/sur-titre(s) pour expliciter Sous-/sur-titre + titre = «titraille» ··Complément au titre ··Permet d’expliciter le titre, la mesure, les données, leur date, voire le modèle de traitement des données ··Indiquer le maillage spatial, éventuellement le thème récurrent de manière marginale
échelle évaluer les distances /dimensions territoires ··Discrète+sans fioritures ·Indispensable (rares cas de figures si plux X répétées/si l’échelle change d’un endroit à l’autre sur la carte,Préférer H graphique >H num. problématique si réduction/agrdsmt
orientation Par convention ou sans indication de l’orientation, une carte est orientée le Nord à la verticale précisée de manière rigoureuse, indiquée mais discrète
contexte géographique insérer le territoire représenté dans sons contexte géogr. et non comme si= île ··À défaut >dessiner des amorces de limites sur les bords de la carte/ Pr régions «inhabituelles» ou grd H: carton de localisation ·Pr régions «riches en informations»:zoom
nomenclature, étiquette carte de base>repères essentiels, carte statistique:uniqmt repère utile >horizontale!, nom du même côté que la ville, nom des mer dans l'eau
labels: implantation linéaire • Rivières, routes, failles, etc, … • Le nom suit la ligne en restant au -dessus • On peut répéter le nom des rivières après un confluent
Labels: implantation surfacique Privilégier l’axe horizontal, pratiquement pas l’axe de la forme • Eviter la multiplication des sens de lecture • Positionner en fonction d’un centroïde, réel ou fictif • Les noms d’îles et de lacs ne devraient pas couper la ligne de rivage
sources du fond de carte, des données, origine et date de l'info>validité, confiance, verification, date de l'état du territoire si susceptible de bouger
auteur le laboratoire ou l’institution de production (logo éventuel) • Indiquer donc l’institution, les auteurs (noms ou initiales) et la date de réalisation
typographie Hiérarchiser info.+ niv de lecture par typographie (corps +graisse) pr exprimer !!! des phénomènes_ Limiter variation empattements (serif)_ polices:sans-serif pr textes sur ordinateur, pr élmts isolés, pr titres +sous-titres_polices serif=pr corps de text
mise en page conditionne l'esthétique d'une carte par la répartition équilibrée des différents blocs de textes ou d'images qui constituent le document =organisation des élmts de nature différent, structurer, matérialiser, équilibrer
matérialiser Matérialiser la surface utile • Repérer le format d’impression • Repérer le format d’image • Les axes de pliage si utile • Disposer la carte et les pavés
Equilibrer les masses • Créer ensembles de surfaces égales• Organiser modules symétriques • Faire épouser aux pavés la forme de la carte >rééquilibrer l’ensemble • Réserver des espaces blancs entre les modules de nature différente / >mettre en valeur des textes en isolants
pavés de mise en page • Associer en blocs homogènes • Limiter le nbr de pavés •  Regrouper par thème • Harmoniser le format • Axer ou justifier les pavés • Encadrer pour limiter les masses afin d’aider à leur disposition • Equilibrer les masses, rapport les pleins-vides
pavés éléments ou texte de même nature
mise en page et visualisation maximiser la taille de ce qui est important, tout en restant discret laisser respirer la carte
carte topographique comme fond ·utiliser carte topographique en noir/blanc comme fond utiliser les éléments nécessaires de la carte topographique comme fond
SIG système d'information géographique
SIG pourquoi comprendre les données spatiales: relation entre plusieurs couches, analyse à travers l'espace localisation est importante
SIG exemple ··Location based services (Google, HERE etc) ··Géomarketing ··Trafic ··Risques naturels, hydrologie, … ··Aménagement du territoire, urbanisme ··Distribution d’espèces (faune + flore)
SIG c'est: Ensemble de logiciels et données pour: ··voir et gérer l’information sur l’espace géographique (savoir où) ··analyser les relations spatiales ··modéliser des processus spatiaux ··Le SIG fournit les méthodes et principes pour effectuer ces tâches
fonction du SIG Abstraction: représentation du monde réel par un modèle relativement simple ··Acquisition: numérisation, saisie de données ··Archivage: gestion de bases de données ··Analyse: interrogations spatiales ··Affichage: cartographie
abstraction du SIG Principe de couches ··Modèle vectoriel: points, lignes, polygones ··Modèle raster ··Principe d’entités géographiques (features): géométries + attributs
archivage SIG Gestion de bases de données spatiales ··Basée sur systèmes de gestion de bases de données (~BD relationelles) ·· Ensemble de «tables» qu’il est possible de mettre en lien· Structure rigide > modélisation des informations ··Extensions spatiales pour SGBDR
analyse spatiale: se base essentiellement sur: la relation de proximité ··… la relation d’adjacence ··… la relation d’intersection ··… la relation d’appartenance
proximité (analyse spatiale) Exemple: délimiter les portions du territoire qui sont situées à moins de 50 mètres d’une route ··Zones tampon (buffer) notion du plus proche, matrice des distances
Adjacente (analyse spatiale) Adjacence par partage d’une chaîne (LineString) > définition stricte ··Adjacence par partage d’un noeud (Point) ··Matrice d’adjacence> notion de connectivité (diagramme de venne)
realtion d'appartenance On ne modifie pas l’entité, mais on la sélectionne uniquement ··Pas de découpage d’un objet… ··Sélection aussi sur la base d’attributs (sélection spatiale vs. sélection attributaire)
Affichage ·Cartographie des données et résultats, mais souvent pas très sophistiquée ··Suffisant pour la plupart des cas ··Limitations au niveau du concept des couches thématiques ··Limitations au niveau de la sémiologie et des détails graphiques
affichage définition Adaptation du modèle vectoriel et du principe des couches possibles
limitation des SIG ·Design cartographique lacunaire ··Problèmes au niveau de la sémiologie ··Contrôle graphique fin impossible (affichage se base exclusivement sur des règles) ··Analyses statistiques souvent manquantes ou lacunaires
Created by: reynard.amelie